FAQ : Proctologie et sexualité

 

Dr. Thierry PUYMONTBRUN

Sommaire

La sodomie expose-t-elle à l'incontinence ?

Y a-t-il un risque d'avoir des hémorroïdes avec les rapports anaux ?

Que peut-on prendre comme lubrifiant pour un rapport anal ?

Y a-t-il un risque d'avoir un cancer de l'anus si on pratique la sodomie ?

Si on a des douleurs après un rapport anal, est-il dangereux d'en avoir d'autres ?

Réponses :

La sodomie expose-t-elle à l'incontinence ?

S'il s'inscrit dans le cadre d'une sexualité consentie et en excluant le recours à toutes manœuvres instrumentales, le rapport anal ne paraît pas présenter un risque en tant que tel.

Il faut savoir toutefois que tous les anus ne s'y prêtent pas.

Y a-t-il un risque d'avoir des hémorroïdes avec les rapports anaux ?

Les hémorroïdes sont des formations vasculaires présentes chez tous les humains. En ce sens, la sodomie ne peut les faire apparaître. Si l'on parle maintenant de maladie hémorroïdaire (thrombose, saignement...), il peut arriver qu'un rapport "trop ardent" soit responsable d'une réaction hémorroïdaire pouvant aller jusqu'au prolapsus thrombosé. Il semble que cela ne soit pas très fréquent.

Que peut-on prendre comme lubrifiant pour un rapport anal ?

Le problème essentiel ici est de ne pas utiliser de lubrifiant qui ôte le pouvoir protecteur des préservatifs. Il faut donc utiliser des lubrifiants hydrosolubles.

Y a-t-il un risque d'avoir un cancer de l'anus si on pratique la sodomie ?

Non.

Par contre, se faire infecter par le HPV constitue, de ce point de vue, un risque. Le danger n'est donc pas au rapport anal en tant que tel mais à l'infection par un rapport non protégé infectant.

Si on a des douleurs après un rapport anal, est-il dangereux d'en avoir d'autres ?   

La douleur est en règle, secondaire à une pénétration trop rapide et forcée ne laissant pas à l'anus le temps de se détendre. Il faut toutefois savoir qu'il est des cas où l'anus n'a pas la capacité "physique" d'atteindre une détente suffisante. Cette situation, parfois aggravée par une crainte non maîtrisable, invite à ne pas persévérer.