FAQ : Une neuromodulation

 

Dr. Anne-Laure TARRERIAS 

Sommaire

Je souffre d'une incontinence anale peu sévère, un épisode par mois environ mais la crainte de voir apparaître un tel accident m'empêche de vivre normalement. Puis-je bénéficier de la neuromodulation ?

La neuromodulation est-elle aussi efficace dans l'incontinence urinaire ?

Je suis porteuse d'un neuromodulateur, puis-je pratiquer tous les sports ?

Je suis porteuse d'un neuromodulateur, ce traitement était bien efficace pendant la période test, il semble moins efficace depuis l'implantation. Que dois-je faire ?

Mon médecin me propose une neuromodulation pour traiter mon incontinence anale. J'ai un peu peur de ce traitement. L'idée d'implanter du matériel étranger m'inquiète. Y a-t-il des effets délétères ?

Je ne souffre que d'une incontinence aux gaz mais elle est quotidienne et me gêne beaucoup vis-à-vis de mon entourage. Pourquoi ne me propose-t-on pas une neuromodulation ?

Réponses :

Je souffre d'une incontinence anale peu sévère, un épisode par mois environ mais la crainte de voir apparaître un tel accident m'empêche de vivre normalement. Puis-je bénéficier de la neuromodulation ?

Il sera difficile chez vous de savoir si la neuromodulation est efficace, une continence anale normale pendant la période test ne signifie pas que la neuromodulation est efficace. Il n'est pas possible actuellement d'augmenter la durée de cette période test en raison des risques infectieux. Ce matériel est très cher (8000 Euros environ), il n'est pas remboursé par la sécurité sociale et est pris en charge actuellement par un budget ministériel spécial. Il n'est donc pas possible d'implanter tous les patients incontinents en acceptant 30 à 40% de pose inutile.

La neuromodulation est-elle aussi efficace dans l'incontinence urinaire ?

En effet, sa première indication a été posée dans cette situation d'incontinence urinaire. Par contre chez les patients souffrant d'une double incontinence, elle est parfois efficace dans l'incontinence anale et pas sur l'incontinence urinaire et vice versa.

Je suis porteuse d'un neuromodulateur, puis-je pratiquer tous les sports ?

Il faut éviter les efforts physiques surtout dans les premiers mois qui suivent l'implantation. Le risque étant le déplacement de l'électrode. Ce risque diminue avec le temps et la fibrose qui se constitue autour de l'aiguille électrode. Il a aussi considérablement diminué depuis la modification de l'électrode par le fournisseur, il a été ajouté des spicules qui renforcent le maintien de l'électrode. Un déplacement de l'électrode nécessite une nouvelle intervention chirurgicale, il faut donc être prudente.

Je suis porteuse d'un neuromodulateur, ce traitement était bien efficace pendant la période test, il semble moins efficace depuis l'implantation. Que dois-je faire ?

Il s'agit peut-être d'un échec, assez rare lorsque la période test est positive. Avant de baisser les bras, il faut tenter une augmentation de l'intensité de la stimulation, la fibrose qui se constitue autour de l'électrode peut être responsable de cette baisse d'efficacité. On peut aussi tester différentes configurations d'électrodes.

Mon médecin me propose une neuromodulation pour traiter mon incontinence anale. J'ai un peu peur de ce traitement. L'idée d'implanter du matériel étranger m'inquiète. Y a-t-il des effets délétères ?

Il s'agit certes d'un corps étranger implanté mais il n'est pas différent d'un pace maker cardiaque dont l'acceptabilité par les patients est bien connue. Il n'a aucun effet délétère. En cas d'échec, on peut procéder à l'explantation du matériel sans empêcher le recours à un autre traitement éventuel. Contrairement au sphincter artificiel, le sphincter anal reste intact, il n'a jamais été décrit de lésion de la racine sacrée liée à la neuromodulation. C'est pour cette raison que les indications des tests de neuromodulation ont été élargies. Ce traitement prend donc une place de plus en plus importante dans l'arsenal thérapeutique d'une maladie très invalidante. Il sera vite proposé chez un patient jeune souffrant d'incontinence anale sévère.

Je ne souffre que d'une incontinence aux gaz mais elle est quotidienne et me gêne beaucoup vis-à-vis de mon entourage. Pourquoi ne me propose-t-on pas une neuromodulation ?

La neuromodulation, comme la plupart des autres traitements est malheureusement souvent inefficace pour traiter l'incontinence aux gaz. Même le sphincter artificiel nous met en échec. Cela parce que ce type d'incontinence est plus lié à une colopathie fonctionnelle source de fermentations excessives qu'à une réelle faiblesse sphinctérienne. Il faut donc axer les traitements sur celui de la colopathie et des fermentations.